DEVOIR AMI RETROUVÉ

berlin.JPG

DEVOIR Ami retrouvé

Les degrés de l’adjectif

Il ne m’invita plus jamais chez lui et je lui sus gré d’en avoir le tact. Rien d’autre ne semblait avoir changé. Nous nous rencontrions comme auparavant, comme si rien n’était survenu, et il venait voir ma mère, mais de plus en plus rarement. Tous deux savions que les choses ne seraient jamais plus comme avant et que c’était le commencement de la fin de notre amitié et de notre enfance.

***

Et la fin ne fut pas longue à venir. La tempête, qui avait commencé à souffler de l’est, atteignit la Souabe. Sa violence s’accrut jusqu’à la force d’une tornade et ne s’apaisa que quelque douze années plus tard lorsque Stuttgart fut aux trois quarts détruit, Ulm, la ville médiévale, un amas de décombres et Heilbronn une ruine où douze mille personnes avaient péri.

Quand je retournai en classe après les vacances d’été, passées en Suisse avec mes parents, la sinistre réalité pénétra dans le Karl Alexander Gymnasium pour la première fois depuis la Première Guerre mondiale. (…) Habillé d’un costume de flanelle grise, un nouveau professeur d’histoire, Herr Pompetzki, arriva au milieu de septembre. Il venait de quelque part entre Dantzig et Königsberg et était probablement le premier Prussien à enseigner au lycée. Son ton cassant et ses mots écourtés semblaient étranges à des oreilles habituées au lent et rustique dialecte souabe.

Il commença son cours sur un ton très ferme : « Messieurs, il y a histoire et histoire. Il y a celle qui est pour le moment consignée dans vos livres et l’histoire qui sera bientôt. Vous savez tout de la première, mais rien de la seconde parce que certaines puissances des ténèbres dont j’espère vous parler ont intérêt à vous la dissimuler. Pour l’instant, en tout cas, appelons-les “puissances des ténèbres“, puissances qui sont partout à l’œuvre : en Amérique, en Allemagne, mais particulièrement en Russie. Ces puissances, plus ou moins habilement déguisées, influencent notre mode de vie. On sapent ainsi notre morale et notre héritage national. « “Quel héritage ? “ demanderez-vous. “De quoi voulez-vous parler ? “  Messieurs, n’est-il pas incroyable que vous n’ayez pas entendu parler de l’inestimable présent qui nous a été dévolu ? Laissez-moi vous dire ce qu’a signifié cet héritage au cours des trois derniers millénaires. »

Questions :

  1. « Il ne m’invita plus jamais chez lui » : de quelle forme de phrase s’agi-t-il ? Que souligne cette forme ?
  2.  « c’était le commencement de la fin de notre amitié et de notre enfance. » ; « la ville médiévale, un amas de décombres et Heilbronn une ruine où douze mille personnes avaient péri. Donnez la fonction de chaque expansion du nom.
  3. « La tempête, qui avait commencé à souffler de l’est, atteignit la Souabe. Sa violence s’accrut jusqu’à la force d’une tornade et ne s’apaisa que quelque douze années plus tard (…)». Indiquez dans cette phrase les temps des verbes et expliquez leur emploi.
  4. Quelle figure de style l’auteur utilise-t-il dans le premier paragraphe du deuxième passage ? Quel effet produit-elle ?
  5. Que représente selon vous l’arrivée d’un nouveau professeur au Karl Alexander Gymnasium ?
  6. « Il commença son cours sur un ton très ferme » : quel est le degré de l’adjectif qualificatif en italique ? Dans sa manière de s’exprimer, en quoi le professeur vous paraît-il user d’un ton « très ferme » (utilisez la leçon pour vous aider à répondre) ?
  7. « Messieurs, il y a histoire et histoire. Il y a celle qui est pour le moment consignée dans vos livres et l’histoire qui sera bientôt. » Quel est l’élément de cette phrase qui donne au discours du professeur une valeur de généralisation ?
  8. « On sapent ainsi notre morale et notre héritage national. » Que représente le « on » dans cette phrase ?
  9. « Laissez-moi vous dire ce qu’a signifié cet héritage au cours des trois derniers millénaires. » Quel est le mode utilisé dans l’expression en italique ? Comment expliquez-vous cette formulation ?
  10. « Messieurs, n’est-il pas incroyable que vous n’ayez pas entendu parler de l’inestimable présent qui nous a été dévolu ? » De quelle type de question s’agit-il ici ? Quelle réponse appelle-t-elle ?
  11. A partir de vos réponses précédentes, dites quelle est la visée de ce discours.

Rédaction : A la fin du cours, Hans demande à parler au professeur. Vous raconterez la scène  à la première personne en incluant un court dialogue dans lequel Hans tente de convaincre son professeur qu’il a tort.

Recherche : mener l’enquête au sujet de la photo ci-dessus que nous appellerons « L’homme qui dit non ».